Description

La thyroïde est une petite glande située dans le cou, en arrière de la pomme d'Adam. Elle joue un rôle important dans la régulation du métabolisme en réglant la libération de certaines hormones (thyroxine [T4] et triiodothyronine [T3]). Ces hormones aident les cellules à fonctionner normalement et à transformer en énergie les éléments nutritifs contenus dans les aliments afin de fournir les éléments de base importants dont le corps a besoin.

La thyroïde est régulée par l'hormone thyréotrope (TSH), sécrétée dans le cerveau par l'hypophyse. Normalement, lorsque les taux d'hormones thyroïdiennes sont élevés, la production de TSH s'interrompt, causant l'arrêt de la sécrétion de T3 et de T4 par la thyroïde.

Des problèmes de santé apparaissent lorsque la thyroïde devient trop peu active (hypothyroïdie) ou trop active (hyperthyroïdie). Les troubles thyroïdiens touchent plus fréquemment les femmes que les hommes. Le cancer peut également se déclarer dans la thyroïde.


Causes

Les troubles de la thyroïde résultent parfois d'une production insuffisante ou excessive de l'hormone thyréotrope; ils peuvent aussi être causés par un trouble dans la glande thyroïde elle-même.

La forme la plus courante d'hypothyroïdie est la thyroïdite de Hashimoto, une affection dans laquelle l'organisme produit des anticorps qui détruisent le tissu thyroïdien. L'ablation chirurgicale de la thyroïde ainsi que certains médicaments (par ex. l'amiodarone, le lithium) peuvent aussi provoquer une hypothyroïdie. Le traitement pour l’hyperthyroïdie est également susceptible de provoquer une hypothyroïdie.

Parmi les autres causes possibles d’hypothyroïdie, on retrouve certains problèmes de l’hypophyse et de l’hypothalamus et les carences en iode (rares en Amérique du Nord, elles touchent toutefois près de 2 milliards de personnes dans le monde entier). Certains nourrissons présentent des signes d'hypothyroïdie dès leur naissance : il s'agit alors d’une hypothyroïdie congénitale.

L'hyperthyroïdie peut avoir plusieurs causes. La plus fréquente est la maladie de Basedow-Graves, ou goitre exophtalmique. Cette affection survient lorsque le système immunitaire produit un anticorps qui stimule la glande thyroïde et provoque une hyperactivité et une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes.

Le goitre multinodulaire toxique ou adénome thyroïdien toxique est une autre forme d'hyperthyroïdie. Les nodules tissulaires anormaux de la thyroïde (adénomes thyroïdiens) produisent constamment des hormones thyroïdiennes en excès.

L'hyperthyroïdie secondaire (un type d'hyperthyroïdie causée par un autre trouble de santé) se manifeste quand l’hypophyse produit trop de TSH, ce qui provoque une stimulation constante de la glande thyroïde. Cela peut résulter d'une tumeur de l’hypophyse ou, plus rarement, d'une perte de sensibilité de la glande qui ne reconnaît plus la présence de taux élevés d'hormones thyroïdiennes dans l'organisme.

La thyroïdite, ou inflammation de la thyroïde, constitue une autre cause possible d'hyperthyroïdie. Cette affection se produit lorsque la thyroïde devient enflammée. La thyroïdite peut évoluer vers une hyperthyroïdie ou au contraire vers une hypothyroïdie.

On connaît 4 types de cancer de la thyroïde : ce sont les cancers papillaire, folliculaire, anaplasique et médullaire. Ces cancers sont associés à une radiothérapie de la tête, du cou ou du thorax reçue pour traiter d'autres affections. Certains gènes peuvent aussi jouer un rôle. Plus rarement, d'autres cancers peuvent se propager à la glande thyroïde (par ex. lymphome, cancer du sein).

Symptômes et Complications

L'hypothyroïdie mène à une baisse des taux sanguins des hormones thyroïdiennes thyroxine (T4) et triiodothyronine (T3). Une insuffisance en thyroxine et en tri-iodothyronine entraîne un ralentissement du métabolisme.

Les symptômes courants sont les suivants :

  • les cheveux drus et secs;
  • la chute des paupières;
  • de la confusion et des pertes de mémoire (souvent confondues avec la démence chez les personnes âgées);
  • une constipation;
  • des crampes musculaires;
  • un débit menstruel accru;
  • la dépression;
  • une enflure faciale;
  • de la faiblesse;
  • de la fatigue ou de la lenteur;
  • une intolérance au froid;
  • de l'irritabilité;
  • une sécheresse et un écaillement de la peau;
  • une perte de cheveux;
  • une prise de poids;
  • un ralentissement du rythme cardiaque;
  • de la raucité (voix rauque).

Si l'hypothyroïdie n'est pas traitée, les symptômes progresseront. Dans de rares cas, une forme grave de l'hypothyroïdie désigné myxœdème apparaît. Ses symptômes se caractérisent par :

  • une insuffisance cardiaque congestive, un trouble caractérisé par l'incapacité du cœur de pomper suffisamment de sang pour les besoins de l'organisme;
  • le ralentissement des processus mentaux;
  • une température corporelle basse.

Le coma myxœdémateux se produit chez les personnes atteintes d’une hypothyroïdie grave qui ont été exposées à des stress physiques supplémentaires comme des infections, le froid, un traumatisme ou l’utilisation de sédatifs. Il se manifeste par une perte de connaissance, des convulsions et un ralentissement de la fréquence respiratoire.

L'hyperthyroïdie se traduit par la présence de taux élevés de T4 et T3 dans le sang. Ces hormones accélèrent le métabolisme. Parmi les symptômes qui peuvent le plus fréquemment en résulter, on retrouve :

  • une accélération de la fréquence cardiaque accompagnée d'anomalies du rythme et de palpitations;
  • de l'agitation et de la nervosité;
  • de l'agitation, même si la personne est fatiguée ou affaiblie;
  • un appétit accru accompagné d'une perte de poids;
  • un arrêt du cycle menstruel;
  • une élévation de la pression artérielle;
  • une hausse de la température corporelle (une sensation de chaleur excessive);
  • des interruptions du sommeil;
  • une peau moite et froide;
  • une perte osseuse (l'ostéoporose);
  • des selles fréquentes, parfois accompagnées de diarrhée;
  • une sudation accrue;
  • un tremblement des mains;
  • des yeux bouffis, un larmoiement, une sensibilité à la lumière, ou un regard fixe.

En plus des symptômes courants d'hyperthyroïdie, la maladie de Basedow-Graves peut causer un gonflement du cou (un goitre) au niveau de la thyroïde hypertrophiée. Elle peut également amener les yeux à s’exorbiter, ce qui peut provoquer un dédoublement de la vision. Une élévation de la peau des tibias s'observe aussi parfois.

Si l'hyperthyroïdie n'est pas traitée adéquatement, elle peut entraîner, entre autres, une complication désignée crise thyréotoxique (une hyperactivité extrême de la thyroïde) qui met la vie en danger. Parmi les symptômes associés à cette affection, on retrouve :

  • de l'agitation;
  • un coma;
  • la confusion;
  • la diarrhée;
  • une élévation de la pression artérielle;
  • un état de choc;
  • de la faiblesse;
  • une fièvre;
  • une fonte musculaire;
  • des irrégularités du rythme cardiaque pouvant s'avérer fatales;
  • une jaunisse liée à une augmentation du volume du foie;
  • la nausée;
  • une psychose;
  • des sautes d'humeur;
  • des vomissements.

La crise thyréotoxique constitue une urgence médicale. Elle peut aussi être déclenchée par un traumatisme, une infection, un diabète non équilibré, une grossesse ou le travail, ou une prise excessive de médicaments contre les troubles thyroïdiens.

Diagnostic

Pour poser un diagnostic de trouble thyroïdien, le médecin vérifiera vos antécédents médicaux et effectuera un examen physique. Le diagnostic est confirmé à l'aide d'analyses de laboratoire. En règle générale, ces analyses mesurent les taux de TSH et d'hormones thyroïdiennes. Des analyses sérologiques (un type précis d'analyse sanguine portant sur la fraction du sang composée de sérum) permettent de mesurer les taux d'anticorps associés à l'hypothyroïdie et à l’hyperthyroïdie. Si le médecin soupçonne la présence d'un cancer, vous aurez une biopsie pour vérifier si le tissu de la thyroïde contient des cellules cancéreuses.

Le test de stimulation fonctionnelle offre une autre méthode pour confirmer la présence d'une maladie de la thyroïde. Ce test emploie les ultrasons et la scintigraphie thyroïdienne pour vérifier si l’hypophyse ou la glande thyroïde sont la source de vos symptômes.

Traitement et Prévention

Le traitement habituel de l'hypothyroïdie est l'hormonothérapie de remplacement par l'hormone thyroïdienne. Ce traitement consiste à administrer par voie buccale une hormone thyroïdienne de synthèse (par ex. la lévothyroxine*) afin de combler le déficit en hormone thyroïdienne. Le traitement est suivi toute la vie.

L'hormonothérapie de remplacement par l'hormone thyroïdienne n'entraîne aucun effet secondaire dans la plupart des cas. Cependant, l'ingestion d'une dose trop élevée d'hormone peut engendrer des symptômes tels que des tremblements, des palpitations et des troubles du sommeil. Cela constitue un risque pour les femmes enceintes qui pourraient devoir prendre une quantité beaucoup plus grande d'hormone thyroïdienne que la normale. Il faut en général attendre environ 4 à 6 semaines pour que les effets d'une première dose ou d'une modification de la dose se reflètent dans les analyses de laboratoire.

Les traitements de l'hyperthyroïdie comprennent l'iode (y compris l'iode radioactif), les médicaments contre les troubles de la thyroïde et la chirurgie.

L'iode radioactif (administré sous forme d'une capsule ou d'un liquide) permet de détruire des parties de la glande thyroïde dans le but de réduire la quantité d'hormone thyroïdienne produite. Cette intervention suffit parfois à corriger l'hyperthyroïdie. Dans au moins 80 % des cas, 1 seule dose d'iode radioactif suffit à guérir l'affection. Cependant, une destruction trop importante de la thyroïde entraîne une hypothyroïdie. L'iode radioactif est utilisé à des taux assez faibles pour ne pas causer d'autres lésions sur le reste du corps. Il n'est pas utilisé pour les femmes enceintes parce qu'il pourrait nuire au développement de la glande thyroïde du fœtus.

De plus fortes doses d'iode normal,  qui ne détruit pas la thyroïde, aident à bloquer la libération des hormones thyroïdiennes. Il est employé dans le traitement d'urgence de la crise thyréotoxique et pour diminuer la production excessive d'hormones thyroïdiennes avant une intervention chirurgicale.

Les médicaments antithyroïdiens (par ex. le propylthiouracile et le méthimazole) peuvent corriger une hyperthyroïdie dans un intervalle de 6 semaines à 3 mois. Ces médicaments provoquent une diminution de la production de nouvelles hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde. Les plus fortes doses agiront plus rapidement, mais elles sont susceptibles de provoquer des effets secondaires, notamment des éruptions cutanées, de la nausée, une perte du sens du goût, des lésions hépatiques et, rarement, une réduction de la production cellulaire par la moelle osseuse.

Une ablation chirurgicale de la thyroïde, ou thyroïdectomie, est parfois nécessaire, notamment dans les cas ci-après : la présence de nodules cancéreux, de troubles de la respiration ou de la déglutition provoqués par un nodule non cancéreux, une intolérance à l'iode radioactif ou à des médicaments antithyroïdiens, le manque d'efficacité des médicaments antithyroïdiens ou un nodule qui renferme du liquide cause des problèmes persistants. L'ablation de la thyroïde entraîne une hypothyroïdie, ce qui signifie qu'un traitement de remplacement par l'hormone thyroïdienne doit être suivi à vie.

Il se peut que votre médecin vous recommande d'autres médicaments pour maîtriser les symptômes d'une hyperthyroïdie tels que des tremblements, l'accélération de la fréquence cardiaque, de l'anxiété et de la nervosité. Toutefois, ces médicaments ne guériront pas le trouble thyroïdien.

Le traitement des cancers de la thyroïde fait souvent appel à la combinaison de plusieurs méthodes, parmi lesquelles on retrouve la thyroïdectomie (l'ablation de la thyroïde), l'iode radioactif, la radiothérapie (moins courante), les médicaments anticancéreux et la suppression de la sécrétion hormonale.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2022. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Troubles-thyroidiens


RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop