Comment ce médicament agit-il? Quels sont ses effets?

La procarbazine appartient au groupe de médicaments qui combattent le cancer et que l'on appelle des antinéoplasiques. Elle prévient la croissance des cellules cancéreuses en interférant avec leur reproduction. La procarbazine s'emploie en association avec d'autres médicaments contre le cancer pour soigner la maladie de Hodgkin's et d'autres types de cancers.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Cannabis médicinal -  Guide pour la discussion avec le médecin
Outils santé commandité

Utilisez le Guide pour la discussion avec le médecin pour vous aider à aborder le sujet avec votre médecin.


Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il?

50 mg
Chaque capsule de gélatine ivoire nº 2 contient 50 mg de procarbazine (sous forme de chlorhydrate de procarbazine). Ingrédients non médicinaux : amidon de maïs, gélatine, mannitol, méthylparabène, sorbate de potassium, propylparabène, jaune de quinoline WS, jaune soleil FCF, talc et dioxyde de titane.

Cannabis médicinal - Faits et Mythes
Outils santé commandité

Testez vos connaissances sur la culture du cannabis médicinal, ses effets et les différentes manières de l’utiliser.

Comment doit-on employer ce médicament?

La procarbazine se prend par la bouche sous surveillance médicale. La dose recommandée et le schéma posologique de la procarbazine varient en fonction de la masse corporelle et le type de cancer traité.

Avalez les capsules entières avec un verre d'eau. N'ouvrez pas et ne broyez pas les capsules.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

La procarbazine doit être administrée uniquement par des professionnels de la santé ayant de l'expérience avec la chimiothérapie anticancéreuse.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. Si votre prochaine dose est prévue dans moins de 12 heures, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Non seulement la procarbazine interfère avec le matériel génétique (ADN) des cellules cancéreuses, mais elle peut aussi parasiter l'action de vos cellules normales. Son action peut causer un grand nombre d'effets secondaires.

Prenez note de tous les effets secondaires et signalez-les à votre médecin comme nous vous le suggérons dans la section « Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament? »

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé?

Abstenez-vous d'employer la procarbazine dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la procarbazine ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une grave déplétion de neutrophiles (globules blancs), de plaquettes ou de globules rouges.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des cauchemars;
  • une chute temporaire des cheveux;
  • une constipation;
  • une diarrhée;
  • des étourdissements ou une sensation de tête légère, surtout quand vous vous levez rapidement après avoir été en position allongée ou assise;
  • des douleurs abdominales, (de la nausée) et des vomissements;
  • une douleur musculaire ou articulaire;
  • un état de nervosité;
  • une fatigue ou une faiblesse inaccoutumée;
  • des maux de tête;
  • une perte de l'appétit;
  • une sécheresse de la bouche;
  • une sensation de chaleur et de rougeur au visage;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires;
  • de la somnolence;
  • de la sudation;
  • des troubles du sommeil.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une absence de menstruations;
  • des battements du cœur rapides, lents ou très forts;
  • des changements de la pression artérielle;
  • des changements visuels (par ex. un brouillement de la vision, une sensibilité accrue au soleil);
  • de la confusion;
  • une diarrhée;
  • une éruption cutanée, de l'urticaire ou une démangeaison;
  • un essoufflement;
  • de la fatigue ou de la faiblesse (persistante);
  • une fièvre;
  • des frissons;
  • des hallucinations (l'illusion d'entendre ou de voir quelque chose qui n'existe pas réellement);
  • les infections inaccoutumées (au nombre des symptômes on note : une fièvre, ou des frissons, des maux de gorge, une diarrhée aiguë, un essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, une raideur du cou, une perte de poids, une émission de l'urine douloureuse ou difficile, ou un manque d'énergie);
  • des lésions dans la bouche et sur les lèvres;
  • des picotements dans les doigts ou les orteils ou une sensation d'engourdissement;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, un désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes d'un saignement (par ex. des ecchymoses ou des saignements inaccoutumés, des points rouges sur la peau, des selles noirâtres et goudronneuses, des saignements du nez, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, des coupures dont le temps de saignement est prolongé);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, un jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des symptômes attribuables à une infection pulmonaire (par ex. des sifflements ou d'autres difficultés respiratoires, de l'essoufflement);
  • des symptômes d'une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur lors de l'émission de l'urine, fréquence accrue de l'émission d'urine, de la douleur dans le bas du dos ou de flanc);
  • une syncope;
  • une toux.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des battements de cœur rapides ou lents;
  • un coma;
  • de la confusion;
  • des convulsions (crises épileptiques);
  • un cou raide ou douloureux;
  • une douleur thoracique (intense);
  • des maux de tête (intenses);
  • des pupilles dilatées;
  • des signes de caillot de sang (par ex. un changement subit de la vision, un essoufflement, une douleur thoracique et l'enflure d'une jambe accompagnée d'une douleur ou d'une sensation de chaleur);
  • des signes d'une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, de la nausée et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (par ex. un décollement de la peau, des cloques ou une desquamation);
  • une sudation accrue (s'accompagnant peut-être d'une fièvre, ou d'une peau froide et moite).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Alcool : évitez de consommer de l'alcool pendant que vous employez ce médicament et même quelques jours après avoir cessé. La consommation d'alcool pourrait entraîner des symptômes désagréables comme de la nausée, des bouffées de chaleur, des battements de cœur accélérés et l'impression de perdre connaissance. Cette réaction apparaît 5 ou 10 minutes après une consommation alcoolique et peut durer de 30 minutes à plusieurs heures.

Coagulation du sang : ce médicament peut jouer un rôle dans la diminution du nombre de plaquettes dans le sang. Les plaquettes participent à la coagulation du sang, et si elles sont en trop faible nombre, vous pourriez saigner plus facilement. Avertissez votre médecin si vous remarquez des signes de ralentissement de la coagulation. De tels symptômes pourraient comporter des selles noirâtres et goudronneuses, du sang dans l'urine, l'apparition d'ecchymoses aux moindres traumatismes, ou des coupures qui n'arrêtent pas de saigner. Votre médecin demandera des analyses de sang régulièrement pour surveiller le nombre de plaquettes dans votre sang.

Dommage aux cellules : ce médicament est susceptible de causer d'autres formes de cancer, comme un cancer du poumon et une leucémie aiguë myéloblastique (LAM), lorsqu'il est pris en association avec d'autres médicaments anticancéreux. Le risque de contracter un cancer du poumon est augmenté avec l'usage du tabac. Des malformations congénitales et des problèmes de fécondité passagers ou permanents peuvent également se produire tant pour les hommes que les femmes. L'emploi de la procarbazine a déjà été lié à des lésions nerveuses permanentes.

Précautions alimentaires : de graves réactions, notamment des maux de tête subits, une rougeur du visage, des battements de cœur rapides et très forts, de la nausée, des vomissements, et l'apparition d'une pression artérielle dangereusement élevée peuvent se produire lorsque des aliments à forte teneur en tyramine sont ingérés durant un traitement par ce médicament. Parmi ces aliments, on retrouve le vin, le yogourt, les fromages faits à point et les bananes. Demandez à votre médecin ou un pharmacien de vous remettre une liste des aliments à éviter.

Infection : non seulement ce médicament tue les cellules cancéreuses, mais il peut faire chuter le nombre de cellules qui combattent l'infection dans le corps (globules blancs). Efforcez-vous si possible d'éviter les contacts avec les personnes atteintes d'infections contagieuses. Communiquez avec votre médecin immédiatement si vous commencez à observer les signes d'une infection, comme une fièvre ou des frissons, une diarrhée aiguë, un essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, une raideur du cou, une perte de poids, ou un manque d'énergie. Votre médecin demandera des analyses de sang régulièrement pour surveiller le nombre des différents types de cellules sanguines.

Fonction hépatique : la procarbazine est éliminée du corps par le foie. Si votre fonction hépatique est réduite, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : la procarbazine est éliminée du corps par les reins. Si votre fonction rénale est altérée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : des malformations congénitales sont possibles si le père ou la mère emploie la procarbazine au moment de la conception, ou si la procarbazine est employée durant la grossesse. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Les personnes fertiles doivent avoir recours à une méthode contraceptive fiable pendant qu'elles sont sous traitement par ce médicament. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la procarbazine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants. Les enfants peuvent courir un risque accru d'effets secondaires et doivent être suivis de près par un médecin.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament?

Il pourrait se produire une interaction entre la procarbazine et l'un des médicaments ci-après :

  • les alcaloïdes de l'ergot de seigle (par ex. l'ergotamine, la dihydroergotamine);
  • l'alcool;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la lisdexamfétamine);
  • les antagonistes de la sérotonine (les médicaments anti-émétiques; par ex. le granisétron, l'ondansétron);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, la nifédipine);
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, l'imipramine);
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glyburide, l'insuline, la metformine, la rosiglitazone);
  • les antihistaminiques (par ex. la diphenhydramine, la chlorphéniramine);
  • les antipsychotiques (par ex. l'aripiprazole, la clozapine, l'halopéridol, la rispéridone);
  • l'apraclonidine;
  • l'atomoxétine;
  • l'atropine;
  • d'autres médicaments contre le cancer, ou la radiothérapie;
  • d'autres médicaments servant à réduire la pression artérielle (par ex. le furosémide, l'hydralazine, l'hydrochlorothiazide, le ramipril);
  • les barbituriques (par ex. le phénobarbital, le sécobarbital);
  • le baricitinib;
  • le BCG;
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salbutamol, le formotérol, la terbutaline);
  • les bêtabloquants (par ex. l'acébutolol, le métoprolol, le propranolol);
  • la brimonidine;
  • la bromocriptine;
  • la buprénorphine;
  • le bupropion;
  • la buspirone;
  • la carbamazépine;
  • la cyclobenzaprine;
  • le dextrométhorphane;
  • la digoxine;
  • le diphénoxylate;
  • le disopyramide;
  • le disulfirame;
  • le dompéridone;
  • l'échinacée;
  • l'entacapone;
  • l'épinéphrine;
  • le fingolimod;
  • la guanéthidine;
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le bleu de méthylène, le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS; par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline ou ISRN (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine);
  • le lanréotide;
  • le léflunomide;
  • la lévodopa;
  • le linézolide;
  • le lithium;
  • les médicaments de type « triptan » (par ex. le sumatriptan, le rizatriptan, le zolmitriptan);
  • la méthadone;
  • le méthyldopa;
  • le méthylphénidate;
  • la métoclopramide;
  • la mifépristone;
  • le millepertuis;
  • la mirtazapine;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • le natalizumab;
  • la néfazodone;
  • le nivolumab;
  • la noradrénaline;
  • l'octréotide;
  • le pasiréotide;
  • la pentamidine;
  • le pimécrolimus;
  • le pindolol;
  • la pseudoéphédrine;
  • la quinine;
  • le roflumilast;
  • le sunitinib;
  • le tacrolimus;
  • le tapentadol;
  • la tétrabénazine;
  • le tofacitinib;
  • la tolcapone;
  • le tramadol;
  • le trastuzumab;
  • la trazodone;
  • le tryptophane;
  • les vaccins.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2021. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Matulane


RECOMMANDÉ POUR VOUS
AILLEURS SUR LE WEB
BackToTop