Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'œstradiol appartient à la classe des médicaments appelés œstrogènes. C'est une hormone produite par les ovaires. L'étonogestrel appartient à la classe des médicaments appelés progestines. C'est une hormone synthétique semblable à la progestérone, également produite par les ovaires. Ces hormones, l'étonogestrel (progestine) et l'éthinylœstradiol (œstrogène) appartiennent toutes deux à la classe des médicaments appelés œstroprogestatifs.

La combinaison étonogestrel - éthinylœstradiol s'utilise pour prévenir une grossesse. Elle empêche l'ovulation (la libération d'un œuf par les ovaires) et l'entrée des spermatozoïdes dans l'utérus. Elle exerce aussi une action sur le mucus produit par le col utérin et la muqueuse de l'utérus, et les altérations qu'elle engendre réduisent la possibilité d'implantation et de croissance d'un œuf fertilisé.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait être nuisible aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Commandité

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque anneau vaginal transparent, incolore, souple, non biodégradable contient 11,4 mg d'étonogestrel (progestine) et 2,6 mg d'éthinylœstradiol (œstrogène). Chaque anneau libère 120 µg d'étonogestrel et 15 µg d'éthinylœstradiol par jour. Ingrédients non médicinaux : copolymère d'éthylène d'acétate de vinyle et stéarate de magnésium.

Ce médicament ne contient pas de latex.

Comment doit-on employer ce médicament ?

L'utilisatrice insère un anneau dans son vagin où il reste en place jusqu'au moment où elle le retire 3 semaines plus tard. Elle laisse le vagin sans anneau pendant 1 semaine durant laquelle sa menstruation survient la plupart du temps. Elle introduit un nouvel anneau dans son vagin à la fin de cette phase de repos, soit 1 semaine après le retrait de l'anneau précédent.

Insertion de l'anneau
Choisissez la position qui vous conviendra le mieux (debout en soulevant une jambe ou en position accroupie ou couchée) comme votre médecin et vous-même en aurez convenu.

  1. Lavez-vous bien les mains, puis séchez-les.
  2. Retirez l'anneau de sa poche d'aluminium. (Conservez la poche d'aluminium pour y jeter l'anneau après usage.)
  3. Tenez l'anneau entre le pouce et l'index puis pincez sa circonférence.
  4. Poussez doucement l'anneau aplati dans le vagin.

Il n'est pas nécessaire que l'anneau soit dans une position précise pour fonctionner. La plupart des femmes ne sentent pas l'anneau quand il est en place. Si vous ressentez de l'inconfort, enfoncez doucement l'anneau dans le vagin avec votre doigt. Vous ne risquez pas de pousser l'anneau trop profondément ni de le perdre. Il ne peut être inséré que jusqu'au fond de la cavité vaginale où la saillie du col de l'utérus bloquera sa progression.

Retrait de l'anneau
Retirez l'anneau vaginal 3 semaines après son insertion, le même jour de la semaine que celui où vous l'avez inséré et environ à la même heure. Pour retirer l'anneau vaginal :

  1. lavez-vous bien les mains, puis séchez-les ;
  2. recourbez votre index sous le rebord antérieur ou tenez le rebord entre l'index et le médius pour retirer l'anneau ;
  3. placez l'anneau que vous avez retiré dans la poche d'aluminium et jetez-la dans une poubelle hors de la portée des enfants et des animaux domestiques.

Ne jetez pas l'anneau dans les toilettes.
Vos menstruations commenceront habituellement 2 à 3 jours après le retrait de l'anneau et pourraient continuer jusqu'à l'insertion du nouvel anneau. Pour obtenir une protection anti-fécondation continue, insérez un nouvel anneau une semaine après le retrait de l'ancien anneau, même si vos menstruations durent encore.

Si l'anneau glisse hors du vagin et qu'il y est replacé dans l'espace de 3 heures, l'efficacité de votre protection anti-fécondation ne devrait pas être compromise. Rincez l'anneau avec de l'eau tiède ou froide et réinsérez-le aussitôt que possible.

Si l'anneau est resté hors du vagin pendant plus de 3 heures au cours de la 1re ou de la 2e semaine, votre protection anti-fécondation pourrait ne plus être suffisante et une grossesse pourrait advenir. Réinsérez l'anneau dès que vous le pouvez et utilisez une 2e méthode de contraception, comme des préservatifs, pendant 7 jours consécutifs. Suivez le même horaire qu'à l'origine.

Si l'anneau a été hors du vagin pendant plus de 3 heures au cours de la 3e semaine, son efficacité contraceptive pourrait s'en trouver diminuée. Jetez l'anneau, puis :

  1. insérez un nouvel anneau immédiatement, ce geste amorcera le prochain cycle d'emploi de 3 semaines - vous pourriez ne pas avoir de menstruations, ou avoir un saignotement ou des hémorragies utérines ; ou
  2. laissez vos menstruations se produire et insérez un nouvel anneau pas plus de 7 jours après le retrait ou l'expulsion de l'anneau précédent - n'utilisez cette possibilité que si l'anneau est resté continuellement en place au cours des 7 jours précédents.

Si l'anneau est resté dans le vagin pendant quelques jours supplémentaires ou une semaine (jusqu'à 4 semaines en tout), retirez-le et insérez un nouvel anneau une semaine plus tard. Si l'anneau a été laissé en place pendant plus de 4 semaines en tout, vous risquez une grossesse. Afin de ne pas avoir de rapports fécondants, vous devez adopter une méthode de contraception supplémentaire, comme des préservatifs, pendant les 7 jours qui suivent la pose d'un nouvel anneau.

Vous devriez subir un examen médical au moins 1 fois par an pendant que vous employez ce médicament.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière du soleil et hors de la portée des enfants. On doit utiliser ce médicament au cours des 4 mois qui suivent son achat à la pharmacie.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances actuelles ou passées ci-après :

  • une allergie à l'étonogestrel, à l'éthinylœstradiol, ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • une grossesse ou la possibilité de conception ;
  • une crise cardiaque, une douleur thoracique (l'angine de poitrine), ou d'autres désordres circulatoires ;
  • un cancer du sein, de l'utérus, ou d'un autre organe reproducteur ;
  • des cancers causés ou aggravés par l'œstrogène (par ex. un cancer du sein ou de l'endomètre) ;
  • des affections, des lésions ou des imperfections de l'œil, ou une perte de la vision ;
  • un saignement vaginal inaccoutumé qu'un médecin n'a pas encore évalué;
  • si vous fumez et que vous êtes âgée de plus de 35 ans;
  • la présence de migraines accompagnées de problèmes visuels (aura);
  • si vous avez récemment subi une intervention chirurgicale ou si vous prévoyez en subir une et que votre capacité à vous déplacer sera limitée;  
  • la présence d’hypertension artérielle très élevée;
  • la présence actuelle ou passée de désordres vasculaires ou coagulatoires (notamment la thrombose veineuse profonde, l’embolie pulmonaire, la thrombophlébite, les maladies vasculaires cérébrales comme les accidents vasculaires cérébraux de même que les crises cardiaques et les maladies coronariennes.  
  • la présence de problèmes oculaires causés par une maladie vasculaire des yeux (comme une perte de vision partielle ou complète ou d’autres changements visuels) la présence de maladie des valves cardiaques; la présence d’une maladie sanguine qui vous rend plus susceptible à la formation de caillots sanguins;
  • si vous êtes prédisposée à subir un désordre de la coagulation du sang;
  • la présence d’une maladie hépatique active;
  • la présence de problèmes hypercholestérémiques importants;
  • la présence de diabète accompagné de changements vasculaires;  
  • un antécédent de pancréatite accompagnée d’hypertriglycéridémie;
  • la prise des médicaments suivants pour le traitement de l’hépatite C : l’ombitasvir, le paritaprévir et le ritonavir avec ou sans dasabuvir.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de l'acné ;
  • une douleur ou une douleur à la pression des seins ;
  • des changements dans le débit et l'intensité des crampes lors de la menstruation ;
  • des maux de tête ;
  • une intolérance aux verres de contact ;
  • des modifications de l'humeur ;
  • de la nausée ;
  • un gain de poids;
  • si vous pouvez sentir l’anneau vaginal;
  • une réduction de l’intérêt pour l’activité sexuelle;
  • l’expulsion de l’anneau vaginal.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une douleur ou de l’enflure abdominale;
  • des bosses aux seins; des écoulements mammaires;
  • la croissance de fibromes utérins préexistants;
  • des maux de tête intenses ou l’aggravation d’une migraine ou de maux de tête;  
  • des signes attribuables à la présence d’un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (de la douleur ou une sensibilité accrue, de l’enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe) ou les poumons (des difficultés respiratoires, une douleur thoracique intense qui s’amplifie à l’inspiration, la présence de toux et de sang dans les crachats, des sueurs excessives ou un évanouissement);
  • des signes de dépression (par ex. de la difficulté à se concentrer, des changements de poids et du sommeil, une réduction de l’intérêt pour les activités agréables, des idées suicidaires);
  • des signes attribuables à des problèmes hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte d’appétit et de poids, un jaunissement de la peau et des conjonctives (blanc des yeux) l’excrétion d’urine foncée et de selles pâles;
  • une enflure des mains, des jambes ou des pieds;
  • des symptômes imputables à une infection des voies urinaires (par ex. de la douleur à la miction urinaire, l’augmentation de la fréquence des mictions, une douleur au flanc ou à la région lombaire);
  • saignotements ou saignements vaginaux inusités ou inattendus.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes attribuables à une réaction allergique grave (par ex. des crampes abdominales, des difficultés respiratoires, de la nausée et des vomissements ou une enflure du visage et de la gorge);
  • des signes d’une crise cardiaque (par ex. de la douleur ou une sensation d’oppression thoracique, une douleur qui irradie à l’épaule et au bras, de la nausée et des vomissements, de la sudation excessive);
  • des signes attribuables à un accident vasculaire cérébral (par ex. l’apparition subite d’un mal de tête intense; une perte soudaine de la coordination, des changements visuels, une perte d’élocution soudaine ou une faiblesse, un engourdissement ou de la douleur inexpliquée dans le bras ou la jambe);

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affections hépatiques : les femmes qui ont déjà eu ou qui ont la jaunisse ou d'autres affections hépatiques ou qui possèdent un risque accru de telles affections doivent discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur le dosage et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'un suivi médical spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, vous devrez probablement passer des analyses régulières pour votre foie.

Affection de la vésicule biliaire : les contraceptifs hormonaux augmentent le risque de contracter une affection de la vésicule biliaire. Les personnes qui ont une affection de la vésicule biliaire dans leurs antécédents devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament peut influer sur leur état pathologique et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous devrez probablement passer des examens réguliers pour vous assurer que votre médicament n'aggrave pas votre affection.

Autres troubles médicaux : l'anneau des femmes atteintes d'affections vaginales, comme un prolapsus utérin (descente de l'utérus), risque davantage de glisser hors du vagin. Si l'anneau glisse à plusieurs reprises, consultez votre médecin.

Les personnes atteintes d'une hypercholestérolémie, d'une maladie du rein ou d'épilepsie devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous devez probablement subir des analyses de sang régulièrement pour vous assurer que ce médicament n'aggrave pas votre affection.

Les personnes atteintes d'une maladie cardiaque, de migraines ou d'un état dépressif devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Vous devrez probablement consulter votre médecin régulièrement pour vous assurer que ce médicament n'aggrave pas votre affection.

Caillots de sang : comme avec tout contraceptif hormonal, des caillots de sang risquent de se former. Dites à votre médecin si vous avez des antécédents de caillots sanguins ou si vous êtes prédisposée à la formation de caillots sanguins. Informez votre médecin si vous prévoyez vous soumettre à une intervention chirurgicale, car les œstroprogestatifs augmentent le risque de formation de caillots sanguins. Des symptômes attribuables à un accident vasculaire cérébral comme de la confusion, des difficultés d’élocution, une perte de coordination, l’apparition soudaine d’un mal de tête ou des changements visuels peuvent se produire à la suite d’un blocage de la circulation sanguine vers le cerveau par un caillot sanguin. Parmi les symptômes de la présence de caillots sanguins ailleurs dans le corps, on retrouve : une douleur thoracique aiguë, une douleur dans le mollet, un essoufflement soudain ou si vous avez une toux avec une expectoration sanglante. Si vous ressentez l’un ou l’autre de ces symptômes,  prenez contact avec votre médecin immédiatement, des caillots de sang peuvent menacer la vie.

Cancer du foie : l'utilisation de contraceptifs hormonaux a été associée, bien que très rarement, à la formation de tumeurs du foie. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Convulsions : les œstrogènes peuvent augmenter le risque de convulsions chez les personnes déjà atteintes de désordres convulsifs. Si vous avez des antécédents d’épilepsie ou d’affections médicales qui augmentent le risque de convulsions, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Dépression : il a été démontré que certaines hormones, comme l’étonogestrel – éthynil estradiol, provoquaient des changements d’humeur des symptômes de dépression. Si vous êtes déprimée ou si vous avez des antécédents de dépression, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Si vous subissez des symptômes dépressifs comme une baisse de votre capacité de concentration, des changements de poids ou du sommeil, une réduction de votre intérêt pour les activités agréables ou si vous les remarquez chez un membre de votre famille qui prend ce médicament, communiquez dès que possible avec votre médecin.

Diabète : ce médicament peut provoquer une augmentation des taux de glycémie (peut causer une perte de la maîtrise du glucose sanguin) et un changement de la tolérance au glucose. Les personnes atteintes de diabète peuvent trouver nécessaire de mesurer leur glycémie plus fréquemment pendant qu’elles prennent ce médicament. Si vous êtes atteinte du diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fibromes : ce médicament peut provoquer une soudaine augmentation du volume d'une variété de fibromes (tumeurs non cancéreuses de l'utérus), de la douleur ou de la douleur à la pression. Si ces effets se manifestent, communiquez avec votre médecin.

Infections transmises sexuellement (ITS) : ce médicament, comme les autres œstroprogestatifs, ne protège pas contre le V.I.H./SIDA ni contre les autres infections transmises sexuellement ou ITS (autrefois connues sous le nom de maladies transmises sexuellement ou MTS). Des préservatifs en latex utilisés en même temps que ce médicament assureront votre protection contre ces infections.

Maladie cardiaque : comme les autres contraceptifs hormonaux, l’étonogestrel – éthinyl estradiol cause plusieurs effets dans l’organisme pouvant contribuer à la maladie cardiaque. Si vous êtes atteinte d’une maladie cardiaque ou prédisposée aux maladies cardiaques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Communiquez dès que possible avec votre médecin si des symptômes imputables à des problèmes cardiaques apparaissent chez vous comme de l’essoufflement, des douleurs thoraciques, une accélération du rythme cardiaque ou une enflure de vos chevilles.

Pression artérielle : les personnes dont la pression artérielle est élevée devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Pendant que vous prenez ce médicament, vous devrez peut-être vous rendre chez votre médecin plus fréquemment pour faire mesurer votre pression artérielle.

Les contraceptifs hormonaux peuvent causer de temps à autre une élévation de la pression artérielle qui nécessite l'arrêt du médicament.

Retour de la fécondité : il se peut que vous remarquiez un retard de vos menstruations après avoir suspendu la prise des contraceptifs hormonaux. Il n'existe aucune donnée indiquant que l'utilisation d'un anneau vaginal contraceptif soit susceptible de réduire la fécondité. Après avoir cessé d'utiliser l'anneau, vous devriez reporter la possibilité d'une grossesse d'au moins un cycle menstruel normal afin de pouvoir déterminer la date de fécondation. Vous devriez utiliser une autre méthode de contraception entre-temps. Si vous n'avez aucune menstruation au cours des 6 mois qui suivent l'arrêt d'un contraceptif hormonal comme l'anneau, consultez votre médecin.

Risque de cancer : les contraceptifs hormonaux augmentent le risque de cancer du sein et du col utérin des femmes âgées d'une cinquantaine d'années. Si vous avez fait un usage prolongé (plus de 8 ans) des contraceptifs hormonaux, si vous avez commencé à les employer à un âge précoce ou s'il existe des antécédents de cancer du sein dans votre famille (mère ou sœur), votre risque de cancer est accru et vous devriez faire l'objet d'un examen médical annuel.

Si vous utilisez une méthode de contraception hormonale, vous devez apprendre comment mener votre auto-examen des seins. Prévenez votre médecin si vous sentez une grosseur. Pour quelques femmes, l'utilisation de pilules contraceptives peut accélérer l'évolution d'un cancer du sein qui n'a pas encore été diagnostiqué. On recommande également un examen clinique des seins, car si un cancer mammaire apparaît, les médicaments renfermant de l'œstrogène peuvent accélérer l'évolution du cancer.

Tabagisme et maladie cardiaque : la cigarette accroît le risque d'une grave maladie cardiaque et de mort. Les contraceptifs hormonaux, comme l'anneau, augmentent également ce risque au fil des années. Les fumeuses de plus de 35 ans ne doivent pas prendre la pilule anticonceptionnelle. On recommande très fortement à toutes les femmes de ne pas fumer pendant qu'elles utilisent ce médicament.

D'autres facteurs peuvent accroître votre risque de maladie cardiaque, notamment le diabète, une pression artérielle élevée, un taux de cholestérol anormal, ou la présence de ces troubles dans vos antécédents familiaux. On ignore encore si la pilule anticonceptionnelle augmente ce risque. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Troubles de la vue : les femmes qui utilisent des contraceptifs hormonaux comme cet anneau pourraient constater une accumulation de liquide dans la cornée de l'œil et des anomalies du champ visuel pourraient se produire ainsi que des difficultés à ajuster vos verres de contact, surtout s'ils sont rigides. Les verres de contact souples ne causent habituellement pas de problèmes. Si vos verres de contact vous gênent, consultez votre ophtalmologue.

Enfants : l’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de ce médicament n’ont pas été établies pour les enfants. Ce médicament ne doit pas être utilisé par des jeunes femmes de moins de 18 ans.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous employez ce médicament, ou si vous pensez que vous pourriez être enceinte, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. L'anneau vaginal à l'étonogestrel - éthinylœstradiol pourrait influer sur la qualité et la quantité du lait maternel. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'étonogestrel - éthinylœstradiol et l'un des agents ci-après :

  • acide retinoïque (par ex. étrétinate, isotrétinoïne);
  • acide tranexamique;
  • acitrétine;
  • ampicilline;
  • anastrozole;
  • antidépresseurs tricycliques (par ex. amitriptyline, clomipramine)
  • antidiabétiques (par ex. chlorpropamide, glipizide, glyburide, insuline, metformine, rosiglitazone);
  • antipsychotiques (par ex. chlorpromazine, clozapine,  halopéridol, olanzépine, quétiapine, rispéridone);
  • apixaban;
  • aprépitant;
  • autres médicaments servant à éliminer le virus de hépatite C (par ex. bocéprévir, lédipasvir, sofosbuvir);
  • barbituriques (par ex. phénobarbital, butalbital);
  • benzodiazépines (par ex. diazépam, lorazépam, oxazépam);
  • bêtabloquants (par ex. propranolol, métoprolol, aténolol);
  • bétaxolol;
  • bosentan;
  • caféine;
  • carbamazépine;
  • célécoxib;
  • cholestyramine;
  • clobazam;
  • clofibrate;
  • cobicistat;
  • colestipol;
  • combinaisons de médicaments antiviraux servant au traitement de hépatite C (par ex. la  combinaison ombitasvir – paritaprévir – ritonavir - dasabuvir, la combinaison ombitasvir – paritaprévir - ritonavir);
  • corticostéroïdes oraux (par ex. dexaméthasone, hydrocortisone, prédnisone);
  • cyclosporine;
  • dabigatran;
  • dabrafénib;
  • dacarbazine;
  • déférasirox;
  • déhydroépiandrostérone;
  • duloxétine;
  • enzalutamide;
  • exénatide;
  • fluvoxamine;
  • héparine;
  • héparines de faible poids moléculaire (par ex. daltéparine, énoxaparine, tinzaparine);
  • hyaluronidase;
  • hydrate de chloral;
  • inhibiteurs de protéase du VIH (par ex. atazanavir, indinavir, ritonavir, saquinavir);
  • inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. delavirdine, éfavirenz, étravirine, névirapine);
  • lamotrigine;
  • lénalidomide;
  • lidocaïne;
  • mélatonine;
  • mexilétine;
  • mifépristone;
  • millepertuis;
  • modafinil;
  • mycophénolate;
  • nitrofurantoïne;
  • œstrogènes (estradiol, œstrogènes équins conjugués, œstrogènes estérifiés, estropipate);
  • oxcarbazépine;
  • pénicilline;
  • phénytoïne;
  • primidone;
  • rasagiline;
  • remplacements de la thyroïde (par ex. thyroïde desséchée, lévothyroxine);
  • rifabutine;
  • rifampine;
  • rivaroxaban;
  • ropinirole;
  • rufinamide;
  • sélégiline;
  • thalidomide;
  • théophyllines (par ex. aminophylline, oxtriphylline, théophylline);
  • tizanidine;
  • tocilizumab;
  • topiramate;
  • ulipristal;
  • ursodiol;
  • vitamine B12,
  • vitamine C;
  • vitamine E;
  • voriconazole;
  • warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2019. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/NuvaRing