Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le lévétiracétam appartient à la classe des médicaments appelés antiépileptiques. Il s'utilise pour soigner et prévenir des crises associées à l'épilepsie en association avec d'autres médicaments qui maîtrisent les convulsions. Le lévétiracétam ne guérit pas l'épilepsie et il ne maîtrise les crises épileptiques que durant la période de traitement. L'action du lévétiracétam s'exerce sur les signaux que transmettent les cellules nerveuses du cerveau.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

250 mg
Chaque comprimé pelliculé bleu, ovale portant l'inscription « 250 » tracée en creux sur une face contient 250 mg de lévétiracétam. Ingrédients non médicinaux : silice anhydre colloïdale, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol 3350, polyéthylèneglycol 6000, alcool polyvinylique, croscarmellose sodique, povidone, talc, dioxyde de titane et AD et C bleu nº 2 (laque d'aluminium carmin d'indigo).

500 mg
Chaque comprimé pelliculé bleu, ovale portant l'inscription « 500 » tracée en creux sur une face contient 500 mg de lévétiracétam. Ingrédients non médicinaux : silice anhydre colloïdale, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol 3350, polyéthylèneglycol 6000, alcool polyvinylique, croscarmellose sodique, povidone, talc, oxyde de fer jaune.

750 mg
Chaque comprimé pelliculé bleu, ovale portant l'inscription « 750 » tracée en creux sur une face contient 750 mg de lévétiracétam. Ingrédients non médicinaux : silice anhydre colloïdale, stéarate de magnésium, polyéthylèneglycol 3350, polyéthylèneglycol 6000, alcool polyvinylique, croscarmellose sodique, povidone, talc, AD et C jaune nº 6 (laque d'aluminium jaune soleil), oxyde de fer rouge

Comment doit-on employer ce médicament ?

Le lévétiracétam appartient à la classe des médicaments appelés antiépileptiques. Il s'utilise pour soigner et prévenir des crises associées à l'épilepsie en association avec d'autres médicaments qui maîtrisent les convulsions. Le lévétiracétam ne guérit pas l'épilepsie et il ne maîtrise les crises épileptiques que durant la période de traitement. L'action du lévétiracétam s'exerce sur les signaux que transmettent les cellules nerveuses du cerveau.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au lévétiracétam ou à l'un des ingrédients de ce médicament ne devrait pas l'utiliser.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des étourdissements;
  • de la somnolence;
  • une infection comme le rhume banal;
  • de la faiblesse.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des pensées anormales;
  • une perte de la mémoire ou des troubles de la mémoire;
  • des changements de l'humeur ou du comportement (par ex. de l'agressivité, de la rage, de l'anxiété ou de l'excitation);
  • des problèmes de contrôle musculaire ou de coordination;
  • une sensation de rotation du corps;
  • une douleur ou une faiblesse musculaire;
  • des signes d'un saignement (par ex. un saignement du nez, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des troubles du sommeil, de l'indifférence à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);        
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une perte de poids ou un abattement);
  • un mal de dents;
  • des ecchymoses inexpliquées.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une réaction allergique (par ex. une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une éruption cutanée accompagnée d'une démangeaison, ou une enflure de la bouche ou de la gorge);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des pensées suicidaires ou des indices d'un comportement suicidaire.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anémie : le lévétiracétam peut provoquer une baisse du nombre de globules rouges. Si vous ressentez des symptômes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges) comme un essoufflement, une fatigue inusitée ou une peau pâle, communiquez le plus tôt possible avec votre médecin.

Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître le nombre de certains types précis de cellules sanguines, notamment de globules rouges présents dans votre sang.

Arrêt du médicament : comme avec tous les médicaments employés pour maîtriser les crises épileptiques, l'arrêt soudain de leur prise n'est pas recommandé parce que la fréquence des crises de convulsions pourrait augmenter. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Affection rénale : les maladies rénales ou la diminution de la fonction rénale peuvent causer l'accumulation de ce médicament dans le corps, ce qui provoque des effets secondaires. En cas d'atteintes rénales ou de fonction réduite des reins, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Les personnes dont la fonction rénale est médiocre auront peut-être besoin d'une plus faible dose de lévétiracétam.

Éruption cutanée : il arrive, rarement, que les personnes qui prennent du lévétiracétam subissent une réaction cutanée importante susceptible de menacer la vie. Si vous remarquez la détérioration d'une éruption cutanée ou si l'une d'entre elles se transforme en ampoules, en plaies sur les lèvres ou les yeux ou si cette éruption recouvre une grande surface de votre corps, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Fonction hépatique : dans certains cas rares, il a été reporté que ce médicament ait provoqué une insuffisance ou une inflammation hépatique. Votre médecin pourrait surveiller votre fonction hépatique par des analyses sanguines occasionnelles. En cas de maladie du foie ou fonction hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Infection : le lévétiracétam peut réduire le nombre de cellules qui combattent l'infection (les globules blancs) dans votre corps. Si vous avez une fièvre, des maux de gorge, de la fatigue, de la faiblesse ou si vous ne vous sentez pas bien pendant que vous employez le lévétiracétam, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible. Votre médecin demandera des analyses de sang régulièrement pour surveiller le nombre des différents types de cellules sanguines. 

Problèmes du comportement : certaines personnes ont signalé des changements de comportement associés avec la prise du lévétiracétam. On a occasionnellement rapporté du comportement agressif, de l'anxiété, de l'hostilité et des changements d'humeur importants chez des personnes qui avaient ou non des antécédents de ces problèmes. Discutez avec votre médecin aussitôt que possible si vous ressentez ces émotions ou si vous faites l'expérience de ces troubles du comportement.

Somnolence ou vigilance réduite : les personnes atteintes de crises épileptiques rebelles ne devraient ni conduire un véhicule ni faire fonctionner des machines qui risquent de présenter un danger. Le lévétiracétam peut induire de la somnolence ou causer des problèmes de coordination. Si vous employez le lévétiracétam, évitez les activités qui exigent de la vigilance et de la coordination jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Syndrome d'hypersensibilité : quelques personnes ont observé une grave réaction allergique appelée syndrome d'hypersensibilité lorsqu'elles ont suivi un traitement par le lévétiracétam. Suspendez la prise du médicament et demandez immédiatement des soins médicaux en cas de symptômes d'une grave réaction allergique, notamment une fièvre, une augmentation de volume des ganglions, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, des symptômes semblables à ceux de la grippe accompagnés d'une éruption cutanée ou de cloques.

Pensées et comportement suicidaires : parfois, les personnes qui prennent ce médicament peuvent avoir des pensées de suicide. Si vous remarquez de tels symptômes ou toute autre transformation du comportement pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec un médecin immédiatement. Les membres de la famille ou les aidants de personnes qui prennent ce médicament devraient immédiatement contacter leur médecin si elles remarquent des changements du comportement inhabituels.

Grossesse : le lévétiracétam peut causer des lésions au bébé en développement si la mère en prend pendant sa grossesse. Ce médicament ne devrait s'utiliser durant la grossesse que si les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants et adolescents : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie pour les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Aînés : les aînés auront peut-être besoin d'une plus faible dose de lévétiracétam.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le lévétiracétam et l'un des agents ci-après :

  • alcool;
  • anesthésiques généraux (les médicaments utilisés pour provoquer un sommeil profond avant une intervention chirurgicale);
  • antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, la trimipramine);
  • antihistaminiques (par ex. la cétirizine, la doxylamine, la diphenhydramine, l'hydroxyzine, la loratadine);
  • antipsychotiques (par ex. la chlorpromazine, la clozapine, l'halopéridol, l'olanzapine, la quétiapine, la rispéridone);
  • azélastine;
  • barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • benzodiazépines (par ex. l'alprazolam, le diazépam, le lorazépam);
  • brimonidine;
  • buprénorphine;
  • buspirone;
  • cannabis;
  • clonidine;
  • dimenhydrinate;
  • éfavirenz;
  • entacapone;
  • hydrate de chloral;
  • inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • kava;
  • médicaments antiépileptiques (par ex. la carbamazépine, le clobazam, l'éthosuximide, le felbamate, le lévétiracétam, le phénobarbital, la phénytoïne, la primidone, le topiramate, l'acide valproïque, le zonisamide);
  • méfloquine;
  • méthotrexate;
  • mirtazapine;          
  • nabilone;
  • narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, l'hydrocodone, la morphine, l'oxycodone);
  • orlistat;
  • oxybate de sodium;
  • pramipexole;
  • prégabaline;
  • relaxants musculaires (par ex. le baclofène, la cyclobenzaprine, le méthocarbamol, l'orphénadrine);
  • ropinirole;
  • rotigotine;
  • rufinamide;
  • scopolamine;
  • tapentadol;
  • thalidomide;
  • tolcapone;
  • tramadol;
  • zolpidem;
  • zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/VAN-Levetiracetam